Le 36e Festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté

le vendredi 1er mars à partir de 18h | le samedi 2 mars à partir de 12h | dimanche 3 mars de 12h à 20h

OUVERTURE OFFICIELLE : samedi 2 mars à 15h (scène hall 3) en présence des autorités, des invité-e-s et des représentants des associations. Discours de bienvenue du CLAE et allocutions de Madame Corinne Cahen, Ministre de la Famille et de l’Intégration, Madame Sam Tanson, Ministre de la Culture et de Madame Lydie Polfer, Bourgmestre de la Ville de Luxembourg.

Le CLAE présente les photographies de Fotini Kaparelou, Paulo Lobo et Pierre Cester

Cliquez pour entrer dans la galerie de photos

Une sélection des échos du festival dans la presse

Tous les ans plus grands
(Zeitung 06/02/2019) pdf-icon

Kulturelle Vielfalt
(Journal 06/02/2019) pdf-icon

L’ode au multiculturalisme
(Le Quotidien 13/02/2019) pdf-icon

Großes Festival für dans ganze Land
(Journal 13/02/2019) pdf-icon

Zusammen Neues entdecken
(Tageblatt 15/02/2019) pdf-icon

Migrations, cultures et citoyenneté font leur festival
(Le Quotidien 28/02/2019) pdf-icon

Faire société ensemble
(Luxemburger Wort 23/02/2019) pdf-icon

La diversité est une richesse
(Le Quotidien 02/03/2019) pdf-icon

Quand le monde se retrouve au Kirchberg
(Journal 04/03/2019) pdf-icon

Au rendez-vous du vivre ensemble
(Le Quotidien 04/03/2019) pdf-icon

Die Welt zu Gast
(Luxemburger Wort 04/03/2019) pdf-icon

Eine Welt der Bücher in fünf Porträts
(www.wort.lu) pdf-icon

In Luxemburg darf ich sein, wer ich bin : Beim Festival in der Luxexpo treffen Lebensgeschichten und Kulturen aufeinander
(Tageblatt.lu) pdf-icon

La communauté chinoise participe pour la 1re fois au Festival des migrations
(french.china.org.cn) pdf-icon

Comment ne pas être, comment être ?

Comment ne pas être attentif aux mouvements sociaux, politiques, culturels qui traversent nombres de pays voisins ? Comment ne pas être inquiet du bouleversement sociétal de plusieurs nations de l’autre côté de l’Atlantique ? Comment être aveugle à ces chemins de migrations qui se multiplient de l’Est à l’Ouest de la Méditerranée, sur le continent Sud-américain, à l’intérieur de l’Afrique subsaharienne, en Asie, des pays pauvres vers des pays pauvres ? Comment être sourd à ces désirs de murs qui se multiplient et qui sont le signe d’une humanité qui se perd ? Nous sommes maintenant tous proches et lointains et les échos du monde résonnent, instantanés, au cœur de notre société.

Le Festival est le réceptacle de ces bruits du monde, de ces mouvements de société, de ces risques d’inhumanité : le monde n’est pas en désordre, ce sont ses économies qui se font toujours plus égoïstes et assignent les privilèges à une minime minorité. Le monde n’est pas en déshérence, mais ce sont les anciens modèles qui tardent à disparaître. Notre manifestation est le porte-voix de ces injustices. Au festival, les associations, avec leurs projets, leurs débats, proposent. Au Salon du livre et des cultures, les écrivains, les éditeurs, avec leurs rencontres littéraires, recomposent. A ArtsManif, les peintres, les plasticiens, annoncent. Au Festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté, le public avec sa participation, encourage.

L’engagement, la solidarité, le partage, ne sont pas de vains mots qui parcourent les allées de notre manifestation. Ils se conjuguent sur de nombreux stands au fil des projets, des actions au Luxembourg ou dans de très nombreux pays. Toutes les propositions que portent les dynamiques associatives ne sont pas une douce naïveté face à la férocité des événements mais une profonde et concrète réflexion pour un monde de demain.

En partage, open source, notre algorithme qui fait figure de philosophie au Festival est « Commune humanité » : s’y plonger permet avec une arithmétique très simple de réduire l’insoutenable complexité.

Le monde associatif, celui issu de l’immigration, celui héritier de l’immigration fait partie des corps intermédiaires qu’il est utile de consulter. Il faut entendre ce qu’il propose, revendique. Au Festival, nous le mettons en lumière sur cette joyeuse place publique que nous créons tous les ans. Les principales questions de demain sont débattues au Festival : évitons les gilets jaunes de l’immigration. JPR/CLAE

Centre Jean-Paul II

19e Salon du livre et des cultures

CLIQUEZ

7e Rencontres ARTSmanif

CLIQUEZ

400 stands
au Festival

CLIQUEZ

Conférences
Documentaires

CLIQUEZ

Musiques et danses
sur scène

CLIQUEZ

JE M’APPELLE

Samedi et dimanche de 14h à 18h (Hall 2 – Salon du livre)

Depuis près de 40 ans, le Festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté est un lieu à l’écoute de la parole associative. Afin de l’inscrire et d’en partager la mémoire, le CLAE avait mis en place l’an dernier au cœur du Festival le projet « Je m’appelle », où les représentants, militants et bénévoles associatifs furent invités à se présenter, à parler de leur association, à dire leur inscription citoyenne au Luxembourg face caméra. Suite au succès rencontré par cette initiative et l’importance de conserver les traces des engagements citoyens, le CLAE entend prolonger cette démarche lors de la 36e édition du Festival.

Nous vous invitons ainsi à participer à la construction de cette mémoire associative collective les samedi 2 et dimanche 3 mars, de 14h à 18h

Proposé par le CLAE services asbl avec le soutien de l’OLAI

Depuis quelques mois, vous pouvez visionner les enregistrements réalisés en 2018 sur notre site internet

Voir les vidéos

Le 36e festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté
est organisé avec le soutien de :